assoiciation merzouga

15 mai 2008

objectifs

Khettaras : Talabbast, Tamzzant et TamaRirt

Poumons de Merzouga

Avant d'entamer le rapport association/agriculture

nous étalons ci dessous les objectifs de l'association :

L'association Merzouga pour le développement est une organisation non gouvernementale à but non lucratif créée le 03 Avril 2000 conformément aux dispositions du Dahir portant loi n° 1.73.283 du 10 avril 1973 tel qu'il a été modifié et complété relatif aux libertés publiques.

   

Les objectifs de l'association sont :

-   Intégration de la femme rurale dans toutes les activités sociales et de développement .

-    lutter contre les effets de  la désertification et l'envahissement des sables .

-   Développement des secteurs touristique et agricole.

-   Echange culturel et préservation du patrimoine.

-   Améliorer la situation  de la jeunesse rurale.

-   Soutien scolaire et alphabétisation.

-   L'éducation sanitaire.

Parmi les activités réalisées par l'association on compte :

-   Réalisation d'un projet de réhabilitation de khettara talabbast à Merzouga.

-   Réalisation du Projet "Alpha Merzouga" destiné à la femme et l'enfant en collaboration avec le service de coopération et d'action culturelle de l'ambassade de France.

-   Equipement d'une ambulance communale à Merzouga.

-   Equipement d'un puit d'adduction de l'eau potable à ksar khamlia.

-   Réintégration sociale des jeunes français en collaboration avec l'association "Pastine"  et la fondation le boccage à Chambéry.

-   Distribution des chaises roulantes pour les handicapés .

-   Création de 2 salles de classe pour le préscolaire .

-   Création d'un atelier de couture et tissage traditionnel au profit des femmes rurales relevant de la région de merzouga.

-   Distribution de bicyclettes dans le cadre du rapprochement scolaire .

-   Organisation des campagnes de propreté, ramassage des poubelles et traitement des points noirs à merzouga avec l'approche participative des habitants .

-   Distribution fournitures scolaires et vêtements en faveur des enfants issus des familles pauvres.

-   Soutien  moral et matériel des familles sinistrées à merzouga.

Khettara : système traditionnel de drainage d'eau

La khettara est une galerie drainante qui amène l'eau de la nappe phréatique à la surface du sol, par gravité.

La sortie de la Khettara se situe toujours au village (vu la maîtrise du nivellement). La conduite souterraine est accompagnée sur le sol par des puits d’aération qui servent aussi de points d'épuration.

En Afghanistan on les appelle "Kiraz", en Iran "Quanat", en Algérie on les nomme "Fouggara" au Maroc "Khettara", au Yemen "Aflaj", en Chine "Karez" en Syrie "Kanawat", en Espagne "Mina"…

Situation actuelle des khettaras dans la zone de Tafilalet

Le recensement entrepris au cours du mois d’Août 2000 montre que le nombre de khettaras en fonctionnement dans la zone de Tafilalet est de 308 Khéttaras d’une longueur de 1.190 km desservant 155 périmètres d’une superficie totale de 12.750 ha.

La confrontation de ces chiffres aux résultats du recensement général effectué en 1967 montre qu’à l’heure actuelle 262 khettaras d’une longueur d’environ 1.710 km se trouvent abandonnées. Cette situation s’explique par la fréquence des épisodes d’années sèches qui ont conduit au rebattement de la nappe, l’exode rural et les difficultés rencontrées par les populations encore sur place à fournir les prestations d’entretien nécessaire. A noter aussi que la réalisation du barrage El Hassan Addakhil en plus de l’aménagement hydro-agricole depuis le début des années 70 a contribué à ce rebattement de la nappe du fait du manque de l’alimentation de la nappe par les eaux de la rivière de Ziz principalement. D’autre part a pu assurer m’eau potable à tafilalet, sinon, on aurait connu une grande crise en la matière dès début des années 80.

L’analyse de ce système, plusieurs fois millénaire, montre à quel point les hommes qui ont occupé ce territoire immense sans ressources en eau ont pu défier la nature hostile à la vie humaine pour le rendre si attrayant et possible pour le développement de plusieurs civilisations.

L’ingéniosité de ce système qui lui permet de résister le long de l’histoire nous interpelle pour approfondir son analyse et son étude de tous les cotés, notamment technique, organisationnel.

Ce patrimoine qui s’éteint de plus en plus doit être protégé et mis en valeur par tous les intéressés sinon un jour pas mal de oasis ne seront plus et dont la plus part alimentées par des khettaras.

adadadadadadad

Les terres cultivées à khettara Talabbast sont réparties en 64 unités formant  une superficie globale de 32 hectares servies en eau une fois par semaine selon un calendrier approprié établi par les agriculteurs ( tour d'eau). La durée d'utilisation de l'eau et les frais de participation aux travaux de construction et de curage de la khettara sont calculés essentiellement en fonction de la superficie de chaque propriété.

Khettara Talabbaste est classée première entre 5 autres sources de la région de Taouz. Ce classement ne lui a été permis qu'en dépit de la qualité de ses eaux, la diversification de ses cultures, le nombre de familles bénéficiaires, l'utilisation de son eau comme eau potable servant 90% de la population locale et aussi l'extrême intérêt qu'elle porte en faveur de l'environnement du centre de Merzouga.

Parmi les constatations liées à cette source on compte la diminution de son débit à cause de l'épuisement des nappes situées sur les zones où finissent les travaux de quelques tunnels, des portions usées au niveau du canal principal, la diminution de la superficie irriguée à cause du manque d'eau et l'envahissement des sables pour couvrir une partie importante des zones non irriguées.

Un soulagement a été porté l'an 2001 à cet égard. Il s'agit d'un don japonais d'un montant de 500.000 dirhams destiné à la réhabilitation du tunnel principal servant de receveur des eaux versées par les quatre bras pour permettre sa rigidité et son utilités pour d'éventuels bras visant les nappes abondantes.

La relation association agriculture s'est initiée par la réalisation d'un projet de réhabilitation de la khettara Talabbast à Merzouga. Et ce suite à un don alloué à l'association par l'Etat du Japon.

Les travaux précités ont été effectués par entreprise pour une période de six mois allant du 20 mars au 20 septembre 2002 sous la responsabilité de l'association Merzouga et l'encadrement des services de l'ORMVAT.

L'entreprise a réalisé les travaux de creusement, construction des parois,

dallettes et regards pour une longueur de 500 ml ce qui a contribué à l'augmentation du débit et a encouragé les agriculteurs à élargir les superficies irriguées.

Parmi les résultats constatés on compte l'accroissement du débit d'eau, l'augmentation de la superficie irriguée. Une galerie effondrée et non utilisable vient de se réhabiliter sur une longueur de 500 ml rapprochant ainsi des réserves importantes d'eau fortement cherchées par les bénéficiaires. Les travaux tels que  réalisés ont réservé une galerie principale capable d'acheminer d'importantes masses d'eau situées à 500 ml de l'amont (upstream) de la même galerie.

Il résulte des comptes rendus liés à ce sujet que khettara talabbast nécessite le prolongement des tunnels pour découvrir des nappes situées aux alentours, la créations de bras  supplémentaires pour la protection et la valorisation de ce patrimoine ayant servi la population, la faune et la flore de Merzouga durant ces longues décennies écoulées et demande de demeurer et survivre encore.

Irrigation par submersion

Talabbast les qualités d'une khettara exemplaire

La luzerne la plante la plus cultivée à talabbast

Les plus longs palmiers dans tout le territoire de la commune

Hauteur acquise grâce à la nature du sol 

         

Merzouga rassemble 3 khettaras partageant presque les mêmes caractéristiques et mêmes besoins : réhabilitation et prolongement des conduites en direction des nappes phréatiques . Il s'agit bien de :

q       Khettara talabbast

q       Khettara tamzzant

q       Khettara tamaRirt

L'association MERZOUGA composée essentiellement des ayant droit aux 3 khettara ne cesse d'entamer des séries de contacts avec toutes les parties et services intéressés par le développement de ce secteur en adoptant une stratégie bien définie  visant  la valorisation de ces importantes ressources et facteurs favorisant des activités génératrices de revenu .

Bien qu'une banque de données soit élaborée , les bénéficiaires et la société civile bougent, s'organisent et recherchent étrangement des fonds pouvant subvenir à une partie des besoins identifiés.

Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la région de Merzouga, dans la nuit du vendredi à samedi 26 et 27 mai 2006, ont causé d'importants dégâts humains et matériels. Récoltes , conduites d'eau et périmètres irrigués n'ont pas échappé à ces pluies diluviennes que cette région n’a connues depuis des décennies.

Le secteur agricole fait partie parmi plusieurs autres secteurs ayant subi énormément de dégâts engendrés par les inondations . Cette état de chose nécessite de multiples interventions au niveau des conduites pour faire drainer les masses d'eau ayant pénétré aux conduites  et celles bloquées à l'amont. Ces masses d'eau met en jeu les parois des galeries qui peuvent s'effondrer au fur et à mesure.

les pluies d'été sont souvent synonymes de catastrophe. N'empêche, qu'en dépit des dégâts humains et matériels, la population n'a pas caché sa joie. La pluie ne va pas seulement renflouer la capacité des puits mais aussi alimenter les nappes phréatiques aux alentours des khettaras.

Ce n'est qu'un début aboutissant à de bonnes conclusions ; pleins d'actions qui se lancent pour le mieux à Merzouga. 

L'association Merzouga a l'honneur de solliciter des contributions pour lancer des projets visant la réhabilitation et l'extension des galeries des khetaras "Talabbast" et "TamaRirt". Ces 2 khettaras très rapprochées ont fait l'objet de plusieurs débats entre membres de l'association et les ayant droit ( force de proposition) pour identification des besoins et  l'élaboration des plans d'action à court et à moyen terme.

Don de l'ambassade du japon à Rabat

Un véritable soulagement aux khettaras de Merzouga

Enseigne placée près du projet

L'objectif du projet japonais était de réhabiliter un tronçon important de khettara talabbast permettant ainsi de se rapprocher de la nappe phréatique . Cet objectif est heureusement atteint . la nappe n'est qu'à 500 ml . la flèche indique le sens de l'extension attendue  y  compris creusement, construction des parois, couverture en pierres et construction de regards séparés d'une distance de 15 m le long de la conduite.

Le prix d'1 ml ( mètre linaire ) fini est plafonné à 150 Euros . Les subventions pourront être virées directement sur le compte de l'association, les agriculteurs peuvent gérer eux mêmes le projet  ou le réaliser par entreprise avec le contrôle des services de l'office de l'agriculture et les bénéficiaires.

Les intérêts attendus par la réalisation de ce projet

se situent sur plusieurs plans :

·        La régénération d'une source d'eau potable, sachant que cette khettara alimente 70% de la population au niveau de  merzouga.

·        Augmentation du débit d'eau . Pardi! Extension du périmètre irrigué

·        La diminution du périmètre envahi par le sable et création d'autres terrains agricoles .

·        La création de plusieurs activités génératrices du revenu (élevage surtout)  même pour les familles non ayant droit à la khettara.

·        Le secteur agricoles récupère une main d'œuvre cumulée dans d'autres secteurs ou sans emploi.

·        Internet important sur l'environnement.

·        Rendre le secteur agricole rentable et permettre une participation féminine dans le secteur.

      

   

Posté par assomerzouga à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]